Cocons de Lyon

En l’an de grâce 1466, le Roy Louis XI, « le plus humble en paroles et en habits » nous dit Philippe de Commynes, et qui « estait naturellement amy des gens de moyen estat », ordonna l’establissement en sa bonne ville de Lyon de fabriques de Soieries. 

Le LYON d’aujourd’hui a gardé le goût des fastes: flamboiement des soieries, dîner de « heulte graisse » encore pétillants de l’esprit de Rabelais, arôme de ce bonbon délectable où un maître confiseur, meilleur ouvrier de France, a su marier le chatoiement de la soie à la finesse de goût et dont si Versailles l’avait connu, une spirituelle Marquise eût pu dire à ses amies. 

« Connaissez-vous, Duchesses, le bonbon le plus adorable, le plus éblouissant, le plus onctueux, le plus parfumé, le plus délicieux?
C’est le COCON que l’on goûte chez les honnêtes gens et qui fera le tour du royaume.
Le Roy s’en est fait envoyer à Versailles et Madame DE MONTESPAN l’aime… 

Le « Cocons de Lyon » est composé de pâte d’amande fourrée d’un excellent praliné parfumé au curacao. Découvrez l’onctuosité de ce praliné où noisettes, liqueur d’orangeat et de curaçao se mèlent délicieusement.